Sur les pas de Tom et son petit sapin de Noël.

Mon petit sapin de noël es-tu en fait un sapin, un épicéa ou un pin ? Faire la différence entre tout ces conifères peut être délicat. Pour beaucoup d’entre nous, ce sont tous des petits sapins de Noël, c’est sûr. Mais s’en tenir à pareille analyse est loin de démontrer que nous sommes des jardiniers avertis, n’est-ce pas ? Il existe cependant un moyen rapide de distinguer ces trois conifères communs. Tenez vous près de votre petit sapin de noël pour faire le test. Attention : cela n’est pas valable avec un sapin artificiel (!). Vous allez voir ce n’est pas compliqué.

Recherchez le nombre d’aiguilles qui sortent du même endroit sur une brindille. Si une brindille porte des aiguilles par groupes de deux, trois ou cinq, vous pouvez l’appeler en toute sécurité un pin. Si la brindille porte ses aiguilles séparément, il y a fort à parier que vous avez un sapin ou un épicéa. Retirez une aiguille et faites-la rouler entre vos doigts. S’il semble plat et ne roule pas facilement, c’est un sapin. Si l’aiguille a quatre côtés et, par conséquent, roule facilement entre vos doigts, c’est un épicéa.

Vous souhaitez aller plus loin dans l’identification des arbres et plus particulièrement des sapins, épicéas et pins ? Alors lisez la suite !

La plantation d’un épicéa : un des premiers souvenirs.

C’est l’histoire de Tom qui a grandi dans une partie très rurale des États-Unis d’Amérique. Un jour, Tom et son père sont partis en camionnette à travers les bois. Et quand on dit à travers bois, c’est littéralement qu’ils ont mené leur petit camion à travers une vrai forêt de conifères.

Le papa de Tom était à la recherche d’un arbre à planter dans le jardin devant la maison. C’est par cette belle journée d’escapade en forêt avec Tom, qu’ils trouvèrent le petit sapin tant recherché (arbre qui deviendra, par la suite, le petit sapin de Noël, puis encore plus tard le grand sapin de Noël…). Le papa de Tom le déterra soigneusement du sol, puis le plaça dans la benne du camion.

Tom, tout excité, regardant par la lunette arrière vers cet arbre s’exclama : “Il est cool ce pin !”

Le père de Tom, tout occupé à regarder la route, enfin… le chemin cabossé de la forêt répondit : “Ce petit sapin de Noël Tom, n’est en fait ni un sapin, ni un pin mais, un épicéa.”

À partir de ce moment, Tom fut fasciné par l’identification des arbres et des plantes, en particulier. Il commença alors à noter les différences entre les pins, les épicéas et les sapins. Au jardin ou en forêt, Tom avait toujours son petit carnet avec lui. Lui ne parcourait pas les magasins de décoration en quête d’un sapin artificiel. Oh que non. Il préférait parcourir le jardin et la forêt. Imaginez : une forêt de petit sapin de noël !

Le secret pour devenir ce que l’on pourrait appeler “une clé dichotomique humaine” pour l’identification des conifères n’est pas vraiment un secret. Comme presque tout dans la vie, apprendre la différence entre le pin, l’épicéa et le sapin nécessite un investissement en temps et en énergie.

Heureusement, c’est l’une des leçons les plus rapides que vous puissiez apprendre. De plus, c’est un enrichissement personnel.

Dans cet article, vous trouverez une mine d’informations. Vous apprendrez les étapes d’identification des conifères, du plus au moins utile. Enfin, nous examinerons brièvement d’autres conifères qui ne sont ni le pin, ni l’épicéa ni le sapin, et oui.

Maintenant, allons-y !

La première étape : tout dans les aiguilles

Sans aucun doute, l’information la plus importante pour identifier si un arbre est un pin, un épicéa ou un sapin c’est d’observer ses aiguilles. C’est l’outil le plus utile et le plus bénéfique à ajouter à votre répertoire, et c’est aussi pourquoi c’est le premier !

Pour identifier un pin, un épicéa ou un sapin à l’aide de ses aiguilles, examinez de près l’une de ses branches et observez la manière dont les aiguilles poussent.

Le Pin

Parmi ces trois arbres, ses aiguilles sont particulièrement uniques.

Les aiguilles du pin se développent toujours en grappes à partir d’un seul point d’origine sur une branche.

Ses épines poussent toujours en grappes de 2 (pins rouges), 3 (pins jaunes) ou 5 (pins blancs) et sont souvent douces au toucher et ont tendance à atteindre de plus grandes longueurs que les autres conifères : jusqu’à 40 cm de long !

Quand le vent souffle à travers ses aiguilles cela produit un son caractéristique d’une beauté apaisante.

L’épicéa

Quant à l’épicéa ses aiguilles ont tendance à être courtes et rigides.

Contrairement aux aiguilles du pin, celles-ci ont tendance à pousser à partir d’un seul point d’origine et sont attachées à de petites saillies ligneuses en forme de tige.

Ses aiguilles sont souvent carrées et peuvent facilement être enroulées entre les doigts une fois retirées.

Sapin

Les aiguilles du sapin sont douces et plates. Elles poussent à partir d’un seul point d’origine comme un épicéa, mais sont attachées à la branche d’une manière ressemblant à une ventouse. Lorsque les aiguilles sont retirées, elles ne laissent pas de saillie ligneuse. Elles ont tendance à avoir deux bandes blanches au bas de chaque aiguille.

Imaginons que vous êtes sur place, au pied d’un arbre et que vous essayez de l’identifie. La façon la plus simple est d’observer les aiguilles; seules les aiguilles de pin poussent en grappes. Au moins, vous pouvez en déduire si c’est un pin ou… autre chose. Ce n’est pas un mauvais départ, n’est-ce pas ?

La deuxième étape : les cônes et les branches font avancer l’étude

Bien que moins définitif pour identifier ces trois conifères, l’examen des cônes et des branches d’un arbre offre de précieux indices.

Pin

Ses branches ont tendance à être renversées, mais sont moins nombreuses que sur un épicéa ou un sapin. Elles ont tendance à pousser à partir d’une seule zone circulaire sur le tronc de l’arbre.

Les cônes commencent à se développer avec une couleur verte, puis virent au brun rougeâtre ou au noir. Les cônes entièrement développés sont rigides et ligneux, et certainement inflexibles. En se développant, ils ont tendance à pendre vers le sol.

Épicéa

Les branches ont tendance à pousser vers le haut.

Les cônes ont tendance à prendre une forme lisse et flexible, avec de fines écailles. Ils pendent vers le sol.

Sapin

Le sapin possède de larges branches inférieures et se développe dans une forme plus inclinée vers le bas.

Les cônes peuvent être violets, verts ou bleus, avant de passer au brun doré. De façon assez évidente, les cônes poussent vers le haut, un peu comme des flammes de bougie, une vrai décoration naturelle !

Ce dernier point est une caractéristique facilement identifiable pour les sapins. Gardez la bien à l’esprit !

Bien que les branches de ces trois conifères ne possèdent pas de caractéristiques immédiatement identifiables, leurs cônes peuvent aider à préciser l’identification.

Tout comme le pin est unique avec ses aiguilles qui poussent en grappes à partir d’un seul point d’origine, un sapin est unique avec ses cônes qui poussent vers le haut comme des flammes de bougie.

La troisième étape : l’écorce et l’habitude de croissance

Voici une autre pièce du puzzle. L’observation de l’écorce et de l’apparence générale d’un arbre sain est une excellente façon de procéder dans notre processus d’identification.

Pin

L’écorce des jeunes arbres a tendance à être lisse devenant floconneuse avec l’âge. Les pins font naître une canopée arrondie et ouverte faisant apparaître un motif triangulaire assez ample. Certains les décrive comme des “sucettes dentelées”. Encore une décoration de Noël naturelle pour un beau sapin !

Épicéa

Les épicéas ont tendance à développer une écorce rugueuse et squameuse à cause des projections ligneuses qui maintiennent les aiguilles sur l’arbre. Ils se développent généralement en une forme de conifère “parfaite”.

Demandez à un enfant de dessiner un arbre de Noël et il vous donnera une jolie silhouette d’épicéa !

Sapin

L’écorce des jeunes arbres est généralement lisse et grise. Avec l’âge, des sillons se forment.

Le sapin se développe souvent dans une forme dirons-nous “classique”, haute et droite.

Sa forme est similaire à celle d’un épicéa, mais avec un peu plus d’espace entre les branches.

Il n’est pas évident d’identifier ces arbres en se basant uniquement sur leurs écorces et modes de croissance, mais ces caractéristiques pourront vous servir pour identifier un arbre.

Savez vous planter les conifères…

…à la mode, à la mode…

Une question souvent ignorée par les clés d’identification concerne la raison pour laquelle un arbre pousse ou devrait pousser dans une certaine zone. Cela peut également vous aider à identifier l’arbre que vous examinez, en fonction des conditions et de l’emplacement où il pousse.

Pin

Ils ont tendance à préférer un sol bien drainé et beaucoup de soleil.

Aime un sol plutôt acide.

Les aiguilles tombées augmenteront le pH du sol autour de l’arbre.

Les aiguilles agissent comme un paillis très efficace.

Les pins ont tendance à prospérer dans les zones arides et balayées par le vent.

Épicéa

Quand Tom grandissait dans le nord-est de la Pennsylvanie, une ligne d’épicés désignait une barrière naturelle volontairement plantée contre les congères causées par le vent.

L’épicéa préfère un sol bien drainé et beaucoup de soleil.

Il peut tolérer différents types de sols et de climats.

Il préfère les zones plus fraîches et les sols plus acides.

Fonctionne exceptionnellement bien comme “pare-vent”.

Sapin

Le sapin s’épanouira dans un environnement plein de soleil jusqu’à mi-ombragé.

Il préfère un sol légèrement acide et riche en matière organique.

C’est un arbre qui développe des systèmes racinaires en surface.

On le retrouvera donc sur des terrains ayant une fine couche de terre végétale ou des zones rocheuses.

Et les autres conifères ?

Si l’arbre que vous tentez d’identifier ne correspond ni à un pin, ni un épicéa ni un sapin, c’est probablement l’un de ceux-ci.

La pruche du Canada

Les pruches ont des aiguilles uniquement attachées à la tige. Elle est similaire aux projections ligneuses en forme de tige d’un épicéa, mais en beaucoup plus fin.

En outre, les aiguilles d’une pruche sont aplaties.

If

Plus facilement identifiable. L’if a en effet tendance à former de petits arbustes. Les ifs pourraient être confondus avec des sapins à cause de leurs aiguilles plates.

Contrairement au sapin, l’aiguille d’if est généralement très pointue, sans lignes blanches en dessous.

Cyprès, Thuya et Genévrier

Le cyprès et le thuya ont tendance à développer des aiguilles plates et écaillées et ont des branches plutôt flexibles. Les genévriers ont des aiguilles courtes et pointues.

La meilleure façon de savoir s’il s’agit d’un genévrier est de saisir une poignée de feuillage. Si ça fait mal, c’est un genévrier !

Cèdre

Ses aiguilles ont tendance à ressembler à des fougères et dégagent une forte odeur lorsqu’elles sont roulées entre vos doigts.

Cèdre bleu de l’Atlas.

Les aiguilles sont similaires à celles des pins, sauf qu’elles sont beaucoup plus courtes.

Il est vrai que les conventions de dénomination des plantes peuvent prêter à confusion. Il est souvent plus facile de faire référence aux plantes par leur nom commun, mais la seule façon d’être vraiment précis avec la variété de plantes ou d’arbres auxquels nous avons à faire est d’utiliser leur nom latin ou botanique.

Tous les vrais cèdres appartiennent à la famille des Pinaceae et sont d’origine ancienne, dans le genre Cedrus.

Dans le Nouveau Monde, les premiers colons ont découvert des arbres ayant les mêmes propriétés que le cèdre (résistance à la pourriture et odeur agréable) et ont décidé que ces arbres devaient aussi être des cèdres. Cependant, tous les arbres du Nouveau Monde que nous appelons communément “cèdre” sont de la famille des Cupressacées, souvent appelées cyprès.

Vous connaissez les arbres comme le cèdre d’Alaska et le cèdre rouge occidental ? En fait, ce ne sont des cèdres que par leur nom. C’est une convention que nous voyons partout… les Peupliers Tulipes ne sont pas des peupliers et le Sapin de Douglas ne sont pas de vrais sapins.

Les vrais cèdres ont des aiguilles courtes et rigides, tandis que les plantes du Nouveau Monde affichent des caractéristiques plus proches du genévrier et des thuyas.

Pour résumer

Identifier les pins, les épicéas et les sapins peut être une entreprise délicate, mais avec une clé d’identification pratique comme celle-ci à votre disposition, cela ne devrait plus être trop difficile.

Ajoutez cette page à vos favoris et visitez-la chaque fois que vous avez un arbre à identifier.

Profitez de notre service d’enlèvement de votre sapin à domicile. Nous le broyons dans notre ferme pour être utilisé comme paillage dans nos plantations. Une fois votre commande passée sur le site, nous prenons contact avec vous pour convenir d’une date et d’une heure de passage pour l’enlèvement de votre sapin.

Je commande le service